Le 27 novembre dernier, M. Denis Coderre, maire de Montréal et président de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) à donné une conférence de presse pour rappeler à l'Office National de l'Énergie (ONÉ ou National Energy Board, NEB en anglais)  et à Enbridge (symbole boursier: ENB) que le projet d'inversion de la ligne 9B n'a pas le droit à l'erreur et doit obtenir une note parfaite (vidéo). C'est ce qui explique notre mobilisation.  Nous nous sommes donc présentés le 26 février dernier à la période de questions du public de l'Assemblée de la CMM pour demander à M. Coderre si la CMM allait tout faire en son pouvoir pour exiger de l'ONÉ qu'il ordonne des essais hydrostatiques sur la canalisation existante avant que l'ONÉ n'autorise la mise en service de la ligne 9B, comme il s'en était réservé le droit lors de l'approbation conditionnelle du projet en mars 2014. 

Lors de la rencontre qui a suivi l’Assemblée de la CMM, et à laquelle était convié M. Peter Watson, Président et Chef de la direction de l’Office national de l’énergie, M. Denis Coderre, qui présidait cette rencontre, a soulevé, entre autres, la question des essais hydrostatiques qu’Enbridge refuse de faire.

M. Robert Grimaudo, maire de St-Lazare qui possède une longue expérience dans le domaine de l’acier, était aussi présent lors de cette rencontre. M. Grimaudo à entendu M. Watson répondre que d’autres méthodes comme le cochon intelligent sont aussi performantes et que l’Office hésite à demander les essais hydrostatiques parce qu'ils mettent beaucoup de pression sur le pipeline, ce qui pourrait l’endommager. M. Grimaudo, a enchaîné en disant que : « considérant la réponse donnée, l’essai hydrostatique constitue, à mon avis, le meilleur test pour vérifier si le pipeline peut prendre la pression. »

Le 30 avril nous sommes retournés à la CMM pour apprendre qu'une résolution  "demandant à l'ONÉ d'exiger immédiatement la réalisation de tests hydrostatiques avant la mise en service de l'oléoduc 9B de la compagnie Enbridge". 

L'essai hydrostatique permet de vérifier concrètement l'étanchéité d'un pipeline. Ce test est complémentaire au tests internes effectués avec le cochon intelligent.   De la même façon qu'un scanner de résonnance magnétique ne peut confirmer un diagnostic de cancer sans biopsie, le test interne avec le cochon ne peut confirmer l'étanchéité sans l'essai hydrostatique

.